Un laboratoire de confinement de niveau 3 sous forme d'une plate-forme ouverte à la communauté scientifique est en cours d'élaboration à l'Université de Nantes.
La gestion de cette plate-forme a été confiée à la SFR-Santé.

Un laboratoire de confinement L3 permet de manipuler dans un espace confiné des agents biologiques (micro-organismes, cultures cellulaires, OGM, protéine prion) qui présentent un niveau de risque élevé pour l’être humain ou l’environnement. Selon le code du travail, les agents biologiques qui nécessitent un niveau de confinement de type 3 sont des pathogènes pour l’homme (virus, bactéries, parasites, champignons), responsables de maladies graves pour lesquelles néanmoins une prophylaxie ou un traitement efficace existent. Ils peuvent présenter également un risque potentiel de dissémination dans la population ou d’atteinte à l’environnement.
Un tel laboratoire se doit de répondre à des exigences réglementaires strictes en terme de construction et d'aménagement des locaux, de protection du personnel, d'évacuation des déchets, etc. Ceci afin de garantir la protection des travailleurs, de la population et de l'environnement.

Pour quelles manipulations?

  • manipulations d'agents pathogènes à des fins d'étude ou de caractérisation
  • manipulations de lignées cellulaires et de cultures primaires, humaines ou animales, présentant un risque infectieux potentiel ou avéré
  • production et utilisation de vecteurs (notamment viraux) utilisés pour l'obtention d'OGM
  • production et utilisation d’organismes génétiquement modifiés de classe 3

Exigences réglementaires

Les zones d’activités doivent être placées dans des locaux hermétiques équipés d’une ventilation mécanique et en dépression par rapport à l’air extérieur. Tout l’air entrant et sortant doit être filtré par des filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air) avec des systèmes d’alarme alertant de toute perte de confinement.
Les locaux doivent contenir des équipements de protection collectifs (postes de sécurité microbiologique, centrifugeuses à nacelles étanches).
L’accès aux locaux est contrôlé. Les personnes autorisées à rentrer dans les locaux doivent être formellement identifiées, suivre une formation spécifique et font l’objet d’un suivi médical particulier.
Des équipements de protection individuelle doivent être choisis en fonction des expériences (analyse des risques) et mis à disposition du personnel.
Tout le matériel biologique doit être inactivé avant la sortie des locaux, la présence d’un autoclave à double entrée est obligatoire pour la destruction des déchets. Le fonctionnement de cet autoclave est règlementé et seule une personne formée et formellement habilitée est autorisée à en assurer la conduite.
Le stockage et le transport des agents biologiques répondent également à des réglementations particulièrement contraignantes.

Calendrier

La SFR-Santé met tout en place pour une réouverture la plus rapide possible du laboratoire de confinement L3 situé à l’IRS2.

Etapes réalisées :
  • Etat des lieux du laboratoire de confinement L3 de l’IRS2 :
    • Mise en conformité des locaux (infiltrations d’eau, ouvertures non-conformes)
    • Travaux, dossier géré en lien avec la DPIL et la DHSET
    • Désinfection préalable
  • Evaluation des coûts de fonctionnement :
    • Calculs des coûts d’utilisation
    • Coûts de maintenances, matériel, consommables
    • Inventaire du matériel disponible et à acquérir
Etapes en cours (mai 2019) :
  • Rencontre avec les utilisateurs et mise en place du comité des utilisateurs
  • Rédaction des demandes OGM
  • Etude de marché commanditée par la Direction de la Recherche, des Partenariats et de l'Innovation (DRPI) de Université de Nantes
NB : une fois la laboratoire de confinement L3 de l'IRS2 réouvert, une réflexion sera entamée pour une éventuelle réouverture du L3 de l’IRS-UN.