Entretien entre Véronique Gratas, coordinatrice de l'opération et  Véronique Barret  professeur de physique-chimie au lycée Livet de Nantes.

VG : Véronique Barret,  vous avez participez l'année dernière à l'opération Passeport Recherche avec votre classe de première ; cette opération vous a conduit à visiter une entreprise en Irlande.  Comment êtes-vous parvenue à lier découverte de la recherche scientifique et voyage linguistique ?

VB : Je connaissais l'opération Passeport Recherche mais je n'ai pas trouvé dans un premier temps de thématique adaptée à une classe STI (Section Technique Industrielle). Professeur de Discipline Non Linguistique (DNL), j'ai participé à une réunion organisée par le Rectorat de Nantes, réunion qui avait comme objectif de donner une dimension européenne au passeport recherche. Là, j'ai repéré une thématique nouvelle qui correspondait bien aux préoccupations de ma classe de 1ère Génie Civil or j'avais l'intention d'organiser un voyage linguistique. 

VG : vous avez conduit ce passeport seule ?

VB : Non, d'autant plus que ce n'est pas moi qui, finalement, leur a donné des cours en anglais mais mon collègue Olivier Jupon ; on s'est associé pour mener à bien cette opération. 

VG : Ce passeport vous a donc mis en relation avec un laboratoire de l'Ecole Centrale qui travaille sur la fabrication d'un béton économique. Mais alors pourquoi un voyage précisément en Irlande ?

VB : quand nous avons évoqué la possibilité de visiter une entreprise avec les chercheurs, ces derniers nous ont donné le choix entre une cimenterie en Vendée, un bâtiment  fabriqué en écobéton  à Fontenay-le-Comte et une usine de production de béton avec laquelle ils travaillaient en Irlande. Nous avons choisi l'Irlande, aidé des offres de voyages touristiques clé en main de la structure Glob J. 

VG : le laboratoire vous a mis en relation avec la société ou c'est vous qui avez pris contact ?

VB : on a eu la chance qu'une étudiante française réalise un stage dans cette société. C'est elle qui a répondu à un mail que j'avais adressé au directeur en anglais ; c'est elle aussi qui nous a accueillis et qui nous a fait la présentation générale du site. Nous avons été très bien accueillis, les élèves étaient très intéressés.

VG : finalement avec du recul, que tirez-vous de ce passeport recherche européen ?

VB : la visite d'entreprise en Irlande a vraiment ajouté une dimension particulière au voyage touristique dont le programme était classique. L'expérience du passeport a profité à toute la classe mais particulièrement à 5 élèves qui ont réalisé que, au-delà du BTS, ils pouvaient envisager une Ecole d'Ingénieur. Ils ont changé d'objectifs et je pense qu'il n'y aura pas de retour en arrière.